Face à la presse

Dans le cadre des émissions face à la presse, j’ai été invité par les journalistes Sébastien Bériot de France Bleu Roussillon, Thierry Bouldoire de l’indépendant, Marc Tamon de France 3 pays Catalan et Antoine Gasquez de la Semaine du Roussillon sur le thème de l’Europe.

Cette émission s’est tenue dans ce lieu symbolique que représente la ville  frontalière du Perthus au  Restaurant le Régent.

J’ai souligné prioritairement que lorsqu’on parle d’Europe, on parle de la paix. Nous vivons en paix depuis 80 ans. L’Europe ensuite permet aux jeunes de s’ouvrir aux autres pays, de découvrir d’autres cultures dans le cadre des Bourses Erasmus.

L’Europe c’est aussi la libre circulation, c’est la monnaie unique.

Si les eurosceptiques sont nombreux, on peut se demander si ce n’est pas l’Etat français qui en transposant les directives, ne rajoute pas des règles et des normes qui créent des distorsions de concurrence avec les autres pays européens et  c’est facilement  vérifiable lorsqu’on habite une ville frontière.  

Marc Tamon souligne deux opérations européennes  marquantes , telles que l’hôpital et l’abattoir transfrontalier, mais s’interroge sur le fait qu’il n’y ait pas  d’autres projets d'envergure.

J’ai souligné que la Cerdagne avait réalisé il y a quelques années une Station d’épuration transfrontalière située à Aja en Cerdagne espagnole qui permet de nettoyer les eaux du Sègre dans sa partie française.

J’ai indiqué que je rêvais effectivement d’aller plus loin dans ces réalisations. Pourquoi ne pas envisager une garderie commune,  un collège commun, plus de services communs et pourquoi pas une mairie commune.

A l’occasion de la préparation des jeux olympiques il y aura certainement des conventions qui pourraient accueillir les athlètes s’entraînant  à Font Romeu pour se faire soigner et pourquoi pas réfléchir à  une antenne universitaire à destination des étudiants en médecine qui viendraient se spécialiser en médecine sportive.  J’ai indiqué que je souhaitais qu’un représentant de l’Europe rentre au Conseil d’administration de l’hôpital.

Nous avons abordé le dossier des Berges de la Têt, l’Eurorégion dont l’activité paraît être réduite.

Entre une europe protectionniste et une mondialisation à tout vent, il est important que l’Europe se protège à l’extérieur de ses frontières. L’Europe doit taxer les produits qui entrent sans respecter les normes. Cela fait partie du programme des Républicains. Nous avons mis également à notre programme le chemin vers une harmonisation fiscale et sociale entre tous les pays européens,

Au représentant de la Cimade qui souhaite un accueil très ouvert des migrants, j’ai bien sûr répondu que si nous devions respecter l’asile politique et les droits de l’homme, nous ne pouvions pas accueillir toute la misère du monde, car nous n’en avons pas les capacités. 

J’ai ensuite réitéré ma position sur la situation en Catalogne. Nous demandons le respect des libertés et droits fondamentaux en Catalogne sans bien sûr nous immiscer dans les problèmes politiques d’un pays voisin et sans prendre parti sur le sujet de l’indépendance de la Catalogne.

Enfin, sur la situation des municipales de Perpignan, j’ai redit mon attachement à conserver la ville à ma famille politique et à ses amis et je n’agirai que pour rassembler.