Communiqués de presse

Signature de l'acte de vente de la Chapelle Saint-Jean le Vieux

Depuis de nombreuses années, j’ai très à cœur de suivre personnellement les travaux de restauration de notre joyau perpignanais, la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.

Après de nombreuses réunions et visites de chantier auxquelles j’ai participé, il apparaissait qu’un sous-répartiteur dans l’enceinte de la Chapelle ayant été déplacé et payé par les crédits de l’Etat et de la ville de Perpignan à l’euro symbolique, la contre-partie naturelle qui avait alors été arrêtée, était le transfert de propriété de la Chapelle du Vieux Saint-Jean d’ENEDIS à l’Etat, transfert conditionné par la signature d’un acte de vente.

Après de longs mois d’attente et d’échange de correspondances, ENEDIS m’a informé de la signature de cet acte de vente. Cette avancée majeure dans ce dossier, va donc permettre d’achever les travaux de l’ensemble de la Cathédrale avec la restauration et la valorisation de la Chapelle Saint-Jean le Vieux afin d’accueillir le trésor de la Cathédrale.

Je me réjouis donc que la vente de cet édifice connaisse le dénouement tant attendu par de nombreux Perpignanais et Perpignanaises.

Ainsi lors d’importantes célébrations à venir, tel que son millénaire, cet édifice offrira à chacun d’entre nous la possibilité de contempler les trésors liturgiques de notre Cathédrale.

Communiqué de presse de la Présidence du Sénat et de la Présidence de l'Assemblée Nationale

Gérard LARCHER, Président du Sénat, et Richard FERRAND, Président de l'Assemblée Nationale, iront se recueillir ce mardi 19 février 2019 au Mémorial de la Shoah à 18h15 afin d'exprimer leur solidarité à la communauté juive de France suite à la recrudescence des actes antisémites dans notre pays.

C'est le geste symbolique des deux présidents d'assemblée parlementaire pour réaffirmer leur attachement aux valeurs de la République et leur détermination commune à ne jamais céder à la haine et à la violence.

Communiqué de presse de François Calvet et Jean Sol, sénateurs des Pyrénées-Orientales

DEFENDRE L’INSCRIPTION DE LA FETE DE L’OURS AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO

Lundi soir, accompagnés du Maire de Prats de Mollo, Claude Ferrer qui conduisait une délégation du Vallespir, nous avons rencontré  Franck Riester, Ministre de la Culture, 3 rue de Valois pour défendre l’Ours en sa qualité de fête traditionnelle populaire.

Le 17 décembre 2014, les trois fêtes de l’Ours, Prats de Mollo, Arles sur Tech et Saint Laurent de Cerdans ont été inscrites à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France en vue d'une candidature à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Il s'agit d'une fête ancestrale, reproduisant une légende séculaire : un ours vivait dans les forêts du Vallespir et enleva un jour une bergère. Une battue fut organisée et l'ours capturé. Escorté par les chasseurs, l'ours fut suivi par la cobla et la population du village. Sur la place centrale, les chasseurs mimèrent le combat et la capture de l'ours. Après une longue course poursuite, l'ours à nouveau capturé fut finalement tué et se transforma alors en homme.

Cette tradition typique qui se déroule au printemps attire de plus en plus de monde.

Le Ministre nous a fait connaître que ce dossier était parmi les trois retenus à l’arbitrage du Gouvernement et a souligné la qualité du dossier présenté par le Vallespir. Ce dossier remplit tous les critères pour pouvoir accéder à cette labellisation prestigieuse.

Communiqué de presse pour l'aménagement de la RN 116

RN 116 : FRANCOIS CALVET A MADAME LA MINISTRE DES TRANSPORTS DES CREDITS POUR L’AMENAGEMENT DE LA 116

Madame Elisabeth BORNE est venue dans notre département le 27 novembre 2017, pour nous annoncer le non renouvellement de la DUP de la RN 116, obtenue le 16 juillet 2008, prévue depuis le rond-point de Bouleternère à Prades en double voie express améliorant ainsi considérablement le trajet jusqu’aux stations touristiques de Cerdagne Capcir, jusqu’en Andorre et en Espagne.

Madame BORNE a justifié cette décision en invoquant une réalisation trop coûteuse sans que nous n’en ayons jamais eu la démonstration. Elle précisait que ces aménagements n’étaient pas utiles pour le trafic. Elle rajoutait que cette route n’était pas considérée comme accidentogène.

Néanmoins elle suggérait que pour la RN 116 des « solutions pragmatiques puissent être mises en place dans les meilleurs délais afin de rendre la circulation plus fluide et de répondre aux enjeux de sécurité routière, de développement économique et touristique ».

Aujourd’hui, le Gouvernement souhaite investir 1 milliard d’euros d’ici à 2028 pour réaliser des grands travaux sur une vingtaine d’axes, le but étant de désenclaver les petites villes et de faciliter les déplacements dans les territoires ruraux en aménageant des zones de dépassement ou en créant des zones à 2 x 2 voies sur les portions de routes les plus fréquentées.

C’est dans ce contexte que je viens de la saisir, dans une correspondance que je lui adresse ce jour,  pour que le Gouvernement puisse inscrire d’ores et déjà, les opérations qui permettraient d’améliorer la circulation et de la sécuriser. Je lui indique les aménagements à prévoir , à savoir le carrefour de Rodès, le carrefour de Vinça, le contournement de Marquixanes, et la réalisation de plusieurs créneaux de dépassement sur la partie Bouleternère-Prades, ainsi que quelques tournes à gauche et déviations de village sur sa partie montagneuse.

Communiqué de presse sur la situation en France

Depuis des années, dans mes fonctions de maire, j’ai eu à faire face à des situations dans lesquelles les gens n’étaient pas forcément d’accord avec les décisions que je prenais avec mon conseil municipal.

J’ai toujours, à ce moment-là, immédiatement, ouvert le dialogue et  ai écouté leurs doléances.  Quand, après la discussion, je me suis rendu compte que je me trompais, que la solution qu’ils proposaient, présentait plus d’avantages que la mienne, je suis revenu devant mon conseil municipal pour leur faire le compte rendu de ces rencontres et je n’ai pas hésité à modifier, adapter ou annuler notre décision.

Mon égo n’en a pas souffert puisque notre mission première est de protéger notre population dans le respect de l’intérêt général.

Bien sûr, cela n’a rien à voir certainement avec l’importance des affaires nationales, mais le fonctionnement de l’Etat devrait être calqué sur le même principe, car on ne peut pas gouverner contre son peuple. En ma qualité de parlementaire, j’ai également reçu, chaque fois qu’ils me l’ont demandé des délégations ou responsables et j’ai écouté leur position. J’en ai fait état auprès de mon président de groupe ou de mon parti afin que soient prises en compte ces aspirations de la base dans la mesure du possible.

Aujourd’hui, ce Gouvernement fonctionne sans l’avis des corps intermédiaires, que ce soit le Parlement, les syndicats ou les collectivités. Il paraît ne pas avoir l’expérience du terrain que l’on acquiert avec l’exercice des mandats locaux et se retrouve seul face à une contestation qui monte en violence.  Par orgueil, il n’a pas pris de mesure d’apaisement comme nous l’avons fait au Sénat en votant contre l’augmentation des taxes.

Si le Président de la République n’en tient pas compte, les ravages dans l’économie seront irrémédiables.

Je condamne comme vous tous la violence et les images désastreuses, du saccage de l’Arc de Triomphe. Je soutiens les forces de police qui n’en peuvent plus. Il faut arrêter cette situation et éviter un 3ème samedi noir.

Plus d'articles...