Retour sur la tempête Gloria les 21, 22 et 23 janvier 2020

L’équivalent de trois à cinq mois de pluie se sont abattues en trois jours sur notre département.

La tempête Gloria n’a pas fait de victime dans les Pyrénées-Orientales mais a provoqué de gros dégâts.

Je souhaite remercier Monsieur le Préfet et ses services pour la gestion rigoureuse de cet évènement climatique.

La Cerdagne et le Capcir se sont vus isolés en raison de la coupure de la RN 116 suite à des éboulements et des glissements de terrain, de nombreuses routes ont subi des dommages importants et l’eau a abîmé bon nombre de terrains.

Avec mon collègue Jean SOL, nous avons accompagné, vendredi 24 janvier 2020, Monsieur Philippe CHOPIN, Préfet, dans son déplacement à Villelongue de la Salanque.

En revanche, j’ai refusé de me rendre auprès de Madame Brune POIRSON, Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, samedi 25 janvier 2020, en visite durant deux heures dans notre département.

En effet, comme évoqué lors de ma question posée dans l’hémicycle, au secrétaire d’Etat aux Transports, Monsieur DJEBARRI, concernant l’état des routes, nous étions 1er mondial en 2012, nous sommes aujourd’hui à la 18ème place.

Pour la seconde fois en un trimestre, j’ai interpellé le Gouvernement sur la situation de nos routes et particulièrement la RN 116 sans avoir obtenu de réponse.

Je tiens à rappeler que Madame BORNE, dès sa prise de fonction en 2017, était venue 2 heures également à Prades pour nous annoncer l’abandon de la Déclaration d’Utilité Publique sur le tronçon Bouleternère Prades, après 8 années d’efforts pour son obtention et 5,5 millions d’euros dépensés !

Pour notre département, tout est toujours trop cher !

Pour toutes ces raisons, je considère que notre département est totalement méprisé.

Faire un aller-retour Paris-Perpignan pour faire le constat que nous avions déjà et n’y donner aucune suite, ne servait strictement à rien !

Car il s’avère aujourd’hui, encore une fois, que bon nombre de communes se trouvent isolées et que l’économie par la même occasion est en danger.

Bon nombre d’exploitations agricoles ont également été particulièrement affectées. De nombreux dégâts sont observés sur les vignes, sur l’arboriculture, sur le maraichage, ou bien encore sur l’élevage.