Rencontre avec Madame Aurore Markiewicz, Directrice départementale de la Banque de France

Lundi 14 décembre 2020, j'ai rencontré, à ma permanence parlementaire, Madame Aurore MARKIEWICZ, Directrice départementale de la Banque de France. Cette rencontre avait pour but de faire un point sur les activités de la Banque de France et sur la situation économique de notre département.

La succursale de la Banque de France de Perpignan est une succursale de plein exercice qui couvre l'Aude et les Pyrénées-Orientales.

Il y a dans notre département 3000 entreprises au chiffre d'affaires de plus de 750 000 euros.

Face au manque de culture économique, la Banque de France assume un rôle de formation, par exemple, elle forme 300 travailleurs sociaux par an.

C'est elle qui est chargée de la monnaie fiduciaire.

On note à ce propos que la Banque de France émet 10% de billets supplémentairs par an, mais le retour de ces billets a diminué de 25%, ce qui signifie qu'il y a une thésaurisation très importante.

Elle intervient dans le domaine de la médiation du crédit et notamment sur les prêts garantis d'état (PGE).

Les banques ont joué le jeu. 

Les Pyrénées-Orientales représentent 10% des prêts consentis aux entreprises en Occitanie, soit 5400 prêts. Il n'y a pas eu, durant le deuxième confinement, de demande significative de nouveau PGE. En revanche, des entreprises qui avaient déjà un prêt demandent le déblocage de la 2ème tranche de prêts, là il y a des réticences des banques.

Modalité de prêts PGE : la première année c'est une crédit de trésorerie en fait à pratiquement 0% qui est transformé ensuite à prêt à moyen terme (5 ans entre 2 et 3%). La garantie de l'Etat s'appliquera en cas de liquidation. Les défaillances n'apparaissent pas encore car le tribunal de commerce a été fermé, il est donc à craindre que l'année 2021 verra un atterrissage difficile de cette crise.