Actualites

Inauguration du PRCI de Perpignan

Le nouveau poste d'aiguillage à commandes informatisées (PRCI) de Perpignan a été inauguré le 28 novembre dernier en présence des représentants de l'Etat, les directeurs régionaux de RFF et de la SNCF et de François CALVET.
Il s'agit de l'installation d'équipements de haute technologie qui permettent aux agents SNCF de commander 390 itinéraires différents, de programmer et de suivre les circulations avec les meilleures garanties de sécurité et en améliorant les conditions d'information des voyageurs, et d'assurer une meilleure fluidité du trafic croissant que nous connaîtrons bientôt.
Le nouveau PRCI permet donc la commande d'un très grand nombre d'itinéraires différents, par l'intermédiaire de différents postes automatisés notamment de la gare de Perpignan jusqu'à la sortie vers Cerbère ainsi qu'une partie de la ligne vers Villefranche de Conflent.
Le coût global des installations terminales de Perpignan est de 200 millions d'euros financés à 100% par l'Etat et l'Europe. Les travaux de signalisation correspondent à un tiers de ce coût.





Peine aggravée pour Christian Bourquin dans l'affaire du chèque

La 5ème Chambre Correctionnelle de la Cour d'Appel d'Aix en Provence a confirmé la culpabilité de Monsieur Christian BOURQUIN.

Elle condamne Monsieur BOURQUIN à une peine de trois mois d'emprisonnement avec sursis et à une amende d'un montant de 5000 euros.

La cour confirme donc la peine d'emprisonnement avec sursis prononcée par les premiers juges mais aggrave la peine dans la mesure où une amende d'un montant de 5000 € est également prononcée, ce qui n'était pas le cas devant le Tribunal Correctionnel.

Sur le plan civil, la cour confirme la recevabilité de la constitution de partie civile et la condamnation de Monsieur BOURQUIN à régler à François CALVET la somme de 1 euro à titre de dommages et intérêts.

Par contre, la cour, sur le fondement de l'article 475-1 du Code de Procédure Pénale, condamne Monsieur BOURQUIN à  régler à François CALVET la somme de 1000 euros - qui seront intégralement reversés à l'UMP - alors que ce chef de demande avait été rejeté en première instance.

En résumé, les condamnations prononcées à l'encontre de Monsieur BOURQUIN sont aggravées par la Cour tant sur le plan pénal que sur le plan civil.