Communiqués de presse

Entretien avec le nouveau Préfet des Pyrénées-Orientales : Etienne Stoskopf

Mardi 8 septembre, j’ai reçu Monsieur le Préfet Etienne STOSKFOPF à ma permanence parlementaire dans le cadre d’une première rencontre protocolaire.

Nous avons néanmoins évoqué un certain nombre de dossiers du département et les retombées du Plan Relance présenté par le Premier Ministre Jean Castex. J’ai insisté sur le fait que nous avions de nombreux projets structurants et bien sûr, celui des Berges de la Têt qui est en totale adéquation avec la volonté du Gouvernement de mener la transition écologique. J’ai indiqué que nous pourrions continuer la voie cyclable en remontant jusqu’à Vinça et même Prades, ce qui pourrait à terme relier le littoral au Conflent. J’ai également abordé avec lui les projets de déqualification de l’habitat sur le littoral et la montagne.

Je ne manquerai pas de revenir vers lui lorsque les dossiers seront avancés et prêts à être financés.

Défendons ensemble notre territoire catalan !

Un panneau de signalisation touristique "Dali" proposé par Vinci

A de nombreuses reprises et depuis plusieurs années je suis intervenu auprès des services des autoroutes ASF d’abord et Vinci ensuite pour qu’une signalisation mettant en valeur l’animation culturelle et touristique de notre département puisse être mise en place et notamment sur le thème de Dali.

VINCI vient de proposer la réalisation de 2 panneaux touristiques à poser sur l’autoroute.

Un premier panneau dans le sens Espagne-France indiquant « Perpignan et Centre del Mon » serait associé à un graphisme de Dali.

C’est cette demande principale que j’avais faite qui permettrait de signaler en même temps notre gare TGV.
Cela permettrait de conserver et conforter l’image de Dali Centre du Monde, image des plus fortes que tout le monde à en tête, lorsqu’on parle de Perpignan, comme j’ai pu le constater tout au long de mes  années parlementaires et même lors de rencontres internationales.

Un autre panneau sur le thème associant « Côtes sableuses Perpignan Canet Saint Cyprien, Le Barcarès, Torreilles et Sainte Marie », pourrait être également prévu et posé dans le sens France-Espagne.

VINCI propose à la Communauté Urbaine de leur transmettre les visuels nécessaires et les informations de présentation nécessaires à la réalisation de la maquette.

Communiqué de la Cellule Tourisme de la Commission des Affaires Economiques du Sénat

AU-DELÀ DU « PLAN TOURISME », 40 PROPOSITIONS POUR UNE VÉRITABLE RELANCE DU TOURISME

La cellule de veille, de contrôle et d’anticipation « Tourisme » de la commission des affaires économiques du Sénat a publié 40 propositions complémentaires au « plan tourisme » du Gouvernement, pour une véritable relance du tourisme, fruit d’un cycle d’auditions conduites depuis le début de la crise.

Les sénateurs proposent un plan en trois axes : l’offre, la demande, la transition écologique et numérique du tourisme.

Pour Michel Raison, « la situation du tourisme est dramatique. C’est un choc d’une nature et d’une ampleur absolument inédites dans l’histoire du tourisme moderne. Le « plan tourisme » du Gouvernement va dans le bon sens. Mais il est encore insuffisant. C’est la survie à long terme de tout l’écosystème touristique qu’il s’agit d’assurer. Cela passera par un effort de formation pour renforcer la qualité de service et par une meilleure promotion de la marque

France au niveau international ».
Pour Evelyne Renaud-Garabedian, « le soutien aux entreprises passe par des mesures qui leur permettront de maintenir leur trésorerie à court et moyen terme, notamment :
- exonérer de cotisations sociales au-delà du mois de juin, tout en convenant d’une clause de retour à meilleure fortune ;
- instaurer un crédit d’impôt sur les loyers des baux commerciaux ;
- mettre en place un prêt garanti par l’État à long terme (15 à 25 ans), qui permettra aux acteurs de « gommer la crise » et de continuer à investir ».

Viviane Artigalas estime que « Le recrutement des saisonniers est également une urgence : une révision de la réforme de l’assurance-chômage les concernant est indispensable. Le soutien à la demande dès cet été doit passer par une diminution temporaire de la TVA applicable aux prestations touristiques, un dispositif d’aide aux vacances massif et allant jusqu’à 500 euros, et une diminution des tarifs autoroutiers ».

Pour Guylène Pantel, « Nous devons également investir dans les nécessaires mutations du tourisme, et ce dans quatre directions :
– définir une stratégie nationale pour faire de la France une destination durable, donnant lieu à des investissements massifs pour « verdir » les transports et les bâtiments et infrastructures touristiques ;
– mieux répartir les flux touristiques sur notre territoire, en utilisant les leviers des contrats de plan Etat-régions et des contrats de destination ;
– le recours accru aux technologies numériques par les entreprises touristiques ;
– développer notre capital humain par la formation et la revalorisation des métiers du tourisme ».

Pour Sophie Primas, présidente de la commission des affaires économiques, « Nos propositions répondent à une double logique : repérer les failles des mesures gouvernementales, pour corriger le tir ; et, au-delà, insuffler une dynamique pour mettre fin aux difficultés structurelles du tourisme et faire de notre pays un champion du tourisme durable et résilient face à une concurrence accrue ».

Communiqué de François CALVET et Jean SOL, Sénateurs des Pyrénées-Orientales

SOUTIEN A NOS FORCES DE POLICE ET DE GENDARMERIE

Lorsque la France a connu une vague d’attentats, nos forces de police ont été là pour nous défendre. Lors de la crise sanitaire, nos forces de sécurité ont été présentes, pour nous protéger.

Aujourd’hui, avec ce qui se passe aux Etats-Unis, certains tentent de profiter de l’émotion internationale provoquée par le décès de George Floyd pour faire un amalgame inacceptable avec nos forces de police françaises.

Nous ne pouvons tolérer ces polémiques et ces attitudes qui portent atteinte à notre police et notre gendarmerie qui défendent en toutes circonstances nos valeurs républicaines mises en avant dans la déclaration des droits de l’homme.

Nous leur apportons tout notre soutien. Force doit rester à la loi et non à l’émotion ou à la rue.

Il appartient au Président de la République et au Ministre de l’Intérieur de les soutenir.

La question de la responsabilité dans le texte du Sénat du projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions

Le Sénat a souhaité clarifier le régime de responsabilité des maires, des chefs d’entreprises et des directeurs d’école. Cette clarification a été votée à l’unanimité. La garde des sceaux qui a refusé cette clarification a été désavouée par sa propre majorité.

Cette clarification, le Sénat l’a souhaité parce que nous traversons une situation exceptionnelle et c’est au législateur de dire le droit de fixer la règle. Le droit de la responsabilité est un droit prétorien. Il s’agit de lever les incertitudes juridiques liées à interprétations à venir des juges que pourrait faire naître la crise exceptionnelle que nous traversons.

Ce ne sont pas les maires des grandes villes et les grandes entreprises qu’il faut rassurer ce sont les maires des petites communes, les artisans, les petits commerçants les directeurs d’écoles qui n’ont ni les moyens juridiques ni les moyens techniques pour faire face à la montagne d’injonctions techniques et technocratiques parfois contradictoires que l’Etat leur adresse.

Pour le Sénat la responsabilité des maires, des directeurs d’école et des chefs d’entreprises doit pouvoir être engagée en cas de faute intentionnelle ou de violation manifestement délibérée des mesures ou de l’obligation de prudence. Il n’y a pas de suppression de responsabilité.

Il ne s’agit absolument pas d’une amnistie

- Ni pour le gouvernement dont la responsabilité pourra être engagée en cas de faute par imprudence ou négligence

- Ni pour les maires, ni pour les directeurs d’école, ni pour les chefs d’entreprise pour lesquels un régime de responsabilité demeure

En parlant d’amnistie et en refusant la clarification du Sénat le gouvernement tente d’englober dans une responsabilité élargie tous les acteurs du déconfinement. Une façon de diluer sa propre responsabilité. Une façon pour le gouvernement de se défausser sur les élus locaux et sur tous ceux qui auront la charge de mettre en œuvre sur le terrain le déconfinement

Cette position du gouvernement est contre-productive car il n’y aura pas de déconfinement réussi sans confiance. Ce n’est pas en opposant les uns aux autres, en travestissant la réalité votée à l’unanimité par le Sénat que le gouvernement obtiendra la confiance indispensable à la réussite du déconfinement.

Plus d'articles...