Une accélération importante pour l'Hôpital Franco-Espagnol de Puigcerda

Durant ces deux dernières années, avec les membres du Conseil Consultatif de l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne nous avons ont travaillé la directive européenne qui permet d’obtenir la reconnaissance des diplômes médicaux entre les différents pays européens, sous réserve de conditions particulières posées par chaque Etat.

Grâce à l’intervention, du Directeur de l’Hôpital, Monsieur Vincent Rouvet, la problématique de la reconnaissance « automatique » des diplômes de soignants européens et plus particulièrement des français qui veulent travailler à l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne, vient d’être grandement facilitée par un accord franco-espagnol à l’occasion  du 26ème Sommet Franco-Espagnol qui s’est tenu le 15 mars 2021 à Montauban entre le Président de la République Française Emmanuel Macron, et le Président du Gouvernement Espagnol Pedro Sanchez.

La reconnaissance de l’exercice de la profession par un français par exemple à l’Hôpital Transfrontalier nécessitait des démarches de 6 mois à un an. Aujourd’hui, cette procédure connaît une accélération considérable car, à l’initiative du Directeur, une attestation permet de reconnaître le diplôme le temps qu’il soit validé par Madrid et ensuite par le Conseil des Médecins de Gerone, soit 15 jours à un mois maximum.

La déclaration faite à l’occasion de ce sommet franco-espagnol reprend la proposition et souligne le modèle hospitalier unique au plan européen de l’hôpital transfrontalier de Puigcerda :

« Poursuivre la coopération transfrontalière, notamment pour faciliter de part et d’autre de la frontière, la libre prestation de services médicaux par des professionnels de santé médicaux français et espagnols et la reconnaissance automatique de leurs diplômes, pour renforcer le modèle hospitalier unique au plan européen de l’hôpital binational franco-espagnol de Puigcerda et son attractivité, et pour définir les modalités de la coopération transfrontalière relative à l’aide médicale urgente en s’appuyant sur les réflexions communes déjà engagées ».