Communiqués de presse

Demande des parlementaires des P-O pour le classement de notre département en état de catastrophe naturelle

Les six parlementaires viennent de saisir Monsieur le Premier Ministre, François FILLON, pour que l'Etat procède au classement de notre département en état de catastrophe naturelle.

Devant l'ampleur des dégâts que la tempête a pu occasionner sur un grand nombre de communes de notre département, touchant ainsi de nombreux concitoyens, mais aussi nos entreprises et nos agriculteurs qui ont été les plus sévèrement touchés, les six perlementairs UMP des Pyrénées-Orientales ont entrepris cette démarche commune pour accélérer les procédures administratives d'indemnisation.

Après les premiers bilans chiffrés suite à la tempête du samedi 24 janvier dernier, il sera bientôt venu le temps où les compagnies d'assurance devront elles aussi effectuer leur travail et indemniser celles et ceux qui ont été les plus affectés.

Réaction de Marie-Hélène PELRAS à la condamnation de Christian BOURQUIN

Madame PELRAS m'a transmis un article qu'elle souhaitait publier au courrier des lecteurs.
Il n'est pas passé !

"Je suis scandalisée par la réaction de Christian BOURQUIN à la suite de sa condamnation à 3 mois de prison avec sursis et 5000 euros d'amende. Il aurait dû tirer les conséquences qui s'imposent, à savoir se mettre en retrait de la vie politique, puisqu'il est condamné dans une affaire politico-financière pour complicité de faux et pour avoir minoré sciemment ses comptes de campagnes.
Il n'accepte pas cette condamnation, pourtant confirmée et aggravée en appel et se pourvoit en Cassation ! Car Christian BOURQUIN non seulement se cramponne à ses mandats, mais en plus en redemande car il veut maintenant être candidat aux élections européennes ! Le Parti Socialiste prendra-t-il le risque de mettre sur une liste un candidat qui vient d'être condamné ?
Les réactions du Président du Conseil Général sont incroyables. Alors que depuis des années, il nous inflige des panneaux publicitaires à travers tout le département, même dans les plus petits villages, et alors même qu'il vient d'implanter d'horribles bornes sur les routes relevant d'une communication arriérée, il s'offusque car quelques autocollants rappellent tout simplement sa condamnation. Il a peut-être oublié qu'il y a quelques mois des autocollants THT=UMP avaient été apposés en masse et que nous avons même la photo d'un de ses proches avec les autocollants dans la voiture."
 

François CALVET contribue financièrement au fonctionnement des Neiges Catalanes

François CALVET a participé aux nombreuses réunions organisées sur l'avenir des stations de sports d'hiver, confrontées deux années de suite au manque d'enneigement.

Après avoir obtenu l'année dernière de la part du Gouvernement des mesures pour pallier les difficultés rencontrées par les stations de ski en raison de ce manque d'enneigement (délais de paiement des dettes sociales et fiscales pour les entreprises, avances de trésorerie et acomptes sur le FCTVA), il a souhaité initier une démarche administrative et technique au bénéfice de ces stations.

Afin de ne pas gêner, d'un point de vue politique, les relations avec le Conseil Général pour que cette institution puisse tenir ses engagements financiers, François CALVET s'était mis en retrait des dernières réunions qui ont eu lieu en Préfecture.

Comme il s'y était engagé, il vient d'obtenir du Ministère de la Santé, ses Sports et de la Vie associative, les 10 000 euros de subvention de fonctionnement pour les Neiges Catalanes au bénéfice du programme de promotion des stations d'hiver. Le rapporteur général de la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale vient de lui confirmer l'inscription de cette somme au budget du Ministère de la Santé.
 

Conclusions de l'avocat général de la Cour de Justice européenne sur les pharmacies d'officine

François CALVET vient d'informer le Président du Syndicat des Pharmaciens des conclusions rendues par l'avocat général de la Cour de Justice des Communautés européennes le 16 décembre dernier sur la pharmacie d'officine.
En effet, depuis plus de 15 ans, on assistait à des menaces de "main basse" sur les pharmacies d'officine par des groupes financiers. Les conclusions de l'avocat général BOT dans l'affaire des officines allemandes et italiennes sont très claires :

"La détention et l'exploitation d'une pharmacie sont réservées aux seuls pharmaciens. L'entrave à la liberté d'établissement constatée ne viole pas le droit communautaire car la restriction apportée à la liberté d'établissement est justifiée par l'objectif de protection de santé publique. La qualité de l'acte de dispensation des médicaments est étroitement liée à l'indépendance dont doit faire preuve un pharmacien dans l'exercice de sa mission. Le fait d'exiger que celui qui a la maîtrise économique soit un pharmacien est conforme aux dispositions du traité relatives à la liberté d'établissement". 

Même si les conclusions de l'avocat général BOT ne lient pas la Cour de Justice, elles vont exactement dans le sens de ce qu'ont toujours défendu les instances françaises de la pharmacie, soutenues en cela par les prises de position de Madame la Ministre de la Santé, Roselyne BACHELOT.

Sans préjuger de ce que seront les délibérés des juges de la Cour Européenne de Justice, François CALVET se réjouit que l'intérêt des malades, le respect de la santé publique aient été les critères de réflexion de la plus haute instance européenne de justice.

Quel devenir pour les travailleurs saisonniers

Le Président du Conseil Général, Christian BOURQUIN, a récemment animé une réunion d'information dans les hauts cantons sur l'évolution de la règlementation qunt à l'indemnisation chômage des saisonniers qui ne devait plus être possible dès 2009 au-delà de trois saisons travaillées, en raison de l'application du décret UNEDIC du 18 janvier 2006.

François CALVET souhaite rétablir la vérité sur l'application du décret UNEDIC du 18 janvier 2006.

Les partenaires sociaux, dans le cadre de la négociation sur l'assurance chômage de 2006, avaient décidé de limiter à 3 le nombre de périodes successives d'indemnisation des saisoniers. Cette disposition, très pénalisante pour les zones à forte activité saisonnière devait entrer en vigueur le 1er janvier 2009. Les mêmes partenaires sociaux, dans le cadre des négociations sur la nouvelle convention assurance chômage 2009-2011 qui viennent de s'achever, ont décid, sur pression du Gouvernement, de revenir sur cette disposition.
Les droits à chômage des saisonniers sont donc maintenus tels qu'ils sont. La CFDT, pour l'instant seul syndicat signataire, n'a pas manqué de souligner cette avancée.

Régulièrement, on lit dans la presse, et notamment dans la bouche du Président du Conseil Général, qu'un "décret gouvernemental de 2006 a abaissé la couverture chômage des saisonniers". Non seulement cette affirmation est inexacte, c'était une décision des partenaires sociaux et non du Gouvernement de l'époque, mais en plus elle est désormais périmée. 
 
Plus d'articles...