Communiqués de presse

Quel devenir pour les travailleurs saisonniers

Le Président du Conseil Général, Christian BOURQUIN, a récemment animé une réunion d'information dans les hauts cantons sur l'évolution de la règlementation qunt à l'indemnisation chômage des saisonniers qui ne devait plus être possible dès 2009 au-delà de trois saisons travaillées, en raison de l'application du décret UNEDIC du 18 janvier 2006.

François CALVET souhaite rétablir la vérité sur l'application du décret UNEDIC du 18 janvier 2006.

Les partenaires sociaux, dans le cadre de la négociation sur l'assurance chômage de 2006, avaient décidé de limiter à 3 le nombre de périodes successives d'indemnisation des saisoniers. Cette disposition, très pénalisante pour les zones à forte activité saisonnière devait entrer en vigueur le 1er janvier 2009. Les mêmes partenaires sociaux, dans le cadre des négociations sur la nouvelle convention assurance chômage 2009-2011 qui viennent de s'achever, ont décid, sur pression du Gouvernement, de revenir sur cette disposition.
Les droits à chômage des saisonniers sont donc maintenus tels qu'ils sont. La CFDT, pour l'instant seul syndicat signataire, n'a pas manqué de souligner cette avancée.

Régulièrement, on lit dans la presse, et notamment dans la bouche du Président du Conseil Général, qu'un "décret gouvernemental de 2006 a abaissé la couverture chômage des saisonniers". Non seulement cette affirmation est inexacte, c'était une décision des partenaires sociaux et non du Gouvernement de l'époque, mais en plus elle est désormais périmée. 
 

Réaction de l'UMP suite aux incidents survenus lors de la manifestation du 10 janvier 2009

Samedi 10 janvier 2009 à Perpignan, une manifestation a eu lieu pour la paix à Gaza, à l'appel du collectif Mouvement pour la Paix 66, soutenu par les élus communistes. Des dérapages inadmissibles ont été constatés et ont entraîné une multitude de vitrines cassées et de dégâts matériels, des clients et commerçants terrorisés, parfois même directement menacés ou blessés.
On ne manifeste pas pour la paix en déclenchant des scènes de guerre !
Encore une fois, notre ville a été le témoin de scènes d'émeutes, perpétrées par une minorité connue et identifiée qui ne sait agir que par la violence et l'agression.
Il va impérativement falloir que chacun assume ses responsabilités, qu'il s'agisse des organisateurs internes de la manifestation ou des services d'ordre chargés de la protection des personnes et des biens.
Nous soutiendrons Monsieur le Préfet dans toutes ses initiatives visant à interdire la manifestation de samedi prochain. Il est indigne de faire subir aux commerçants du centre ville, en plaine période de soldes si primordiale pour eux, des revendications internationales. Il est inacceptable qu'une poignée de casseurs terrorisent nos concitoyens.
En France, un jour peut-être, le principe du casseur-payeur sera appliqué.
Au regard de ces événements, nous allons demander une entrevue avec le Ministre de l'Intérieur et Monsieur le Préfet pour que toute la lumière soit faite et que justice soit rendue.