Actualites

Rencontre avec le "Bisbe" de la Seu d'Urgell

Samedi 29 février, avec des membres du Conseil Municipal du Soler, nous avons participé, comme chaque année à la Fête du Trinxat à Puigcerda dans le cadre du jumelage.

Le Trinxat est le plat typique de la Cerdagne, il est préparé à base de chou.

Il s’agissait cette année du 25ème anniversaire et il y avait exactement 987 convives !!

J’étais à la table du Maire Albert Pineira, du Président de la Deputation de Gerone, du Conseiller au Sport et du « Bisbe » de la Seu d’Urgell.

Les échanges que j’ai eus avec Monseigneur Joan Enric Vives i Sicília ont été passionnants, tant sur le plan culturel, que sur le plan institutionnel.

En effet, Monseigneur Joan Enric Vives i Sicilia m’a dit qu’il avait été co-prince d’Andorre avec les 4 derniers Présidents de la République française, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron.

Il  m’a rappelé la particularité, presque unique dans le monde entier  des Evêques d’Urgell qui, outre le fait de diriger le diocèse d’Urgell le plus grand de Catalogne, remplissent la fonction de chefs d’Etat de la Principauté d’Andorre aux côtés du Président de la République Française.

L’origine de ce fonctionnement remonte à la nuit des temps, mais c’est au 16ème siècle, que les principes ont été actés. C’est ainsi qu’Henri IV attache au titre de roi de France celui de co-prince d’Andorre. Après la Révolution, la République Française n’exercera pas de souveraineté sur Andorre, l’évêque d’Urgell devenant le seul co-prince. Mais, c’est Napoléon qui revendiquera la continuité de la co-souveraineté française sur Andorre, quel que soit le souverain français.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, Joan Enric Vives i Sicília est le co-prince ecclésiastique d’Andorre,  tandis que le co-prince laïc est Emmanuel Macron.

Au cours de cette conversation, il m’a dit qu’il avait assisté aux obsèques de Jacques Chirac et qu’il avait été invité par Emmanuel Macron au déjeuner à l’Elysée en suivant en sa qualité de Chef d’Etat. Pour la petite histoire, les cuisiniers de l’Elysée avaient composé des plats chers à notre ancien Président de la République.

Hommage à René Coudougnan, Maire-Adjoint Honoraire et Premier Adjoint de 1995 à 2008 au Soler

Nous étions, Mme le Maire du Soler, les membres du Conseil Municipal et du Conseil d’Administration du CCAS, le personnel communal et du CCAS et moi-même réunis, le mercredi 26 février 2020, pour honorer la mémoire de M. René COUDOUGNAN qui vient de nous quitter à l’âge de 89 ans.

M. René COUDOUGNAN, personnalité incontournable du Soler pour s’être engagé tout au long de sa vie au service de la collectivité et de l’intérêt général.

Après des études au lycée agricole Charlemagne à Carcassonne, il part effectuer son service militaire pendant 2 ans en Algérie. A son retour au Soler, il travaille aux côtés de son père agriculteur et s’engage rapidement dans la vie politique.

Militant à la et Mutualité Sociale Agricole, il adhère également à la société de secours mutuel dont il sera secrétaire Adjoint de 1953 à 1957 et Président de 1957 à 2000.

C’est dans les années 60, qu’il ouvre avec son épouse Marie-Paule, la première superette au Soler. Parallèlement, il s’investira au sein de la commune en intégrant la liste du Maire Delphin JOURDA dont il sera son premier adjoint de 1959 à 1965.
En 1983, il sera élu sur la liste d’André DAUGNAC, en qualité d’adjoint au maire chargé d’abord de l’Etat Civil et ensuite des Affaires Scolaires. De 1980 à 2000, il sera administrateur de la Roussillonnaise et dans le même temps administrateur et Vice-Président de la Fédération Départementale de la Mutuelle Nationale.

Il assumera également les missions de Président du Comité Local de la Mutualité sociale agricole des Pyrénées Orientales, et Délégué Cantonal du Canton de Millas. En 1989, il participera, avec André Daugnac, à la création de la Maison de Retraite des Lauriers Roses dont il sera administrateur, trésorier et enfin membre de la commission de gérance de la SCI.

Soulignons également son action quotidienne pour l’église du Soler dont il a eu à cœur de préserver le patrimoine en assurant les fonctions de trésorier de la paroisse de 2007 à 2019.

De 1995 à 2008, il aura été mon Premier Adjoint a qui j'ai rendu un vibrant hommage en ces termes : « Pendant 47 ans, la vie de René COUDOUGNAN aura été marquée par cette fibre sociale qui a fait de lui un homme porté vers les autres et l’intérêt général. Dès mon premier mandat au Soler, une relation de confiance et de complicité amicale s’est immédiatement installée entre nous deux. Il a remarquablement assumé son poste de Premier Adjoint qu’il a rempli consciencieusement, discrètement et efficacement. Et je le remercie encore de sa grande loyauté ».

Son dévouement sans faille lui a valu d’être distingué par le titre de Chevalier de l’Ordre National du Mérite, par celui d’Adjoint au Maire honoraire et d’être décoré de la Médaille d’honneur Régionale, Départementale et communale d’Argent et de Vermeil.
La ville du Soler exprime toute sa tristesse et toute son émotion, de perdre une grande figure solérienne attachée à sa terre catalane, aux valeurs d’humanisme et de défense du bien public.

Dernière réunion du Conseil d'Aministration de l'AMF 66

Je me suis rendu, ce jour, à la toute dernière réunion du Conseil d’Administration de l’AMF 66 présidée par Guy ILARY, président de cette association et maire de Tautavel.

Cette réunion qui a eu lieu à la mairie de Tautavel était empreinte d’émotion, Guy ILRAY ayant fait le choix, après de nombreuses années en qualité de maire, de ne pas briguer un nouveau mandat.

Ainsi, au lendemain des élections de mars prochain, un nouveau président devra être désigné. Cette élection aura lieu le 13 juin 2020.

Pose de la Première Pierre du parc animalier Ecozonia à Cases-de-Pène

Ce jour, vendredi 21 février 2020, j’ai eu le plaisir de participer, en ma qualité de Sénateur et de représentant de Perpignan Méditerranée Métropole, à la pose de la première pierre du parc animalier Ecozonia à Cases-de-Pène en présence de Monsieur le Maire, Théophile MARTINEZ, de mon collègue Jean SOL et de nombreux élus.

En effet, Monsieur le Maire et les services communaux travaillent depuis plusieurs années pour concrétiser un projet d’initiative privée dénommée « Ecozonia, Terres de Prédateurs » sur le territoire de Cases de Pène.

Le porteur de ce projet, Monsieur Cyril VACCARO, crée un parc animalier unique en Europe, au cœur de la forêt méditerranéenne, pour faire découvrir le monde fascinant des prédateurs.

Centre de conservation, de recherche et de sensibilisation, la vision de ce parc est celle d’un monde où l’homme respecte les prédateurs, symboles d’une nature sauvage.

Projet écologique d’intérêt général pour la conservation des espèces menacées, il est un enjeu économique majeur pour la Vallée de l’Agly et notre département.

Le parc Ecozonia est un projet largement soutenu par les communes, la chambre de commerce et d’industrie, la chambre d’agriculture, le pays Vallée de l’Agly, le syndicat Agly-Verdouble, Perpignan Méditerranée Métropole, le Conseil Départemental, la Caisse des Dépôts…

J’ai d’ailleurs moi-même tenu à soutenir ce projet en intervenant auprès de Monsieur le Préfet à deux reprises notamment pour les problèmes rencontrés au regard de la demande d’autorisation de défrichement.

Je me réjouis donc d’avoir pu être présent, ce jour, lors de la pose de la première pierre.

 

Réunion du Comité opérationnel et partenarial suite à la fermeture de la RN 116

Jeudi 13 février dernier, sous la houlette de Monsieur Dominique FOSSAT, Sous-Préfet de Prades, a eu lieu une réunion de travail, à la mairie de Saillagouse, à laquelle j’ai participé, en présence des parlementaires, de l’AMF66, des maires des Communautés de Communes Pyrénées Catalanes et Pyrénées Cerdagne, des 3 chambres consulaires, de la sécurité civile, de la région, du département, de la gendarmerie, de la DIRSO, de la DDFIP, de la direcct et de l’Urssaf.

Cette première séance du comité opérationnel et partenarial sur les conséquences de la fermeture de la RN 116 était à l’initiative conjointe du Préfet et de l’association des maires.

Elle avait pour objet de coordonner l’ensemble des services en s’organisant au mieux pour que notre territoire résiste à l’impact économique lié à cette fermeture.

Nous étions donc tous réunis pour proposer et envisager des solutions, pour traiter les dossiers au cas par cas, faire le maximum pour la sauvegarde des entreprises, des structures agricoles…

Ainsi, Monsieur le Sous-Préfet a prévu, au minimum, de faire un point hebdomadaire pour suivre l’avancement des travaux et faire le bilan de ce comité de travail, car rappelons-le, nul ne connaît l’échéance à laquelle la RN 116 pourra être ouverte de nouveau.

Il est donc nécessaire et impérieux d’accompagner tout ceux qui se trouvent en difficulté eu égard à cet évènement d’ampleur.

Plus d'articles...