L'action de François Calvet

Les Etats Généraux de la Dépense Publique

Depuis 35 ans, la France vit au dessus de ses moyens cumulant les déficits qui seront supportés par nos enfants, qui dès leur naissance supportent une dette de 20 000 euros. Il nous faut désormais agir avant que ça n'empire, car si nous ne faisons rien, ce sont nos enfants qui paieront cette dette.

Le Groupe UMP à l'Assemblée nationale a donc décidé d'organiser les Etats Généraux de la Dépense Publique dans chacune des circonscriptions françaises afin d'expliquer à nos concitoyens les contraintes qui pèsent actuellement sur le budget de l'Etat, de la Sécurité Sociale et des collectivités locales et les impliquer dans la recherche d'une utilisation plus efficace des fonds publics.

C'est ainsi que François CALVET a souhaité, dans le cadre d'une réunion publique au Soler le mardi 21 avril, rencontrer tous ceux qui ont des propositions ou des suggestions à faire pour baisser la dépense publique.

Un diaporama très précis a dressé l'état des finances publiques de la France avec des dépenses qui s'élèvent à 991 milliards d'euros, une charge de la dette dont le remboursement des seuls intérêts représente la totalité de la recette des impôts sur le revenu, soit 43 milliards d'euros !

Les réponses aus questionnaires envoyés et les interventions des participants se rejoignent et il est clair dans l'esprit de nos concitoyens qu'il faut réduire l'empilement des structures (communes, communautés, départements, organismes, syndicats...) en clarifiant les compétences de chacun pour optimiser les dépenses. Réduire également le nombre d'élus et le train de vie de l'Etat et des collectivités, les dépenses somptuaires, notamment dans le domaine de la communication. Nos concitoyens souhaitent, de manière générale, plus de contrôles dans les dépenses sociales.

Les erreurs d'appréciation de ceux qui nous gouvernent ont été également pointées du doigt.

Toutes ces suggestions seront analysées, triées, synthétisées et adressées à Paris afin qu'elles puissent éclairer le débat qui aura lieu à l'Assemblée nationale, dans le cadre du projet de loi en faveur de la nouvelle organisation territoriale faisant suite au rapport de la Commission Balladur.



 

Rond-point des donneurs de sang au Soler

Dimanche 19 avril dernier, à l'occasion du Congrès régional des Donneurs de Sang au Soler, François CALVET a inauguré le "rond-point des donneurs de sang du Soler".

Soutenu par l'Amicale des donneurs de sang du Soler et notamment par son Président, Jean-François COSTE, ce projet de rond-point avait été entériné par une délibération du conseil municipal en date du 26 novembre 2007.

Bruno VIDAL, artiste forgeron du projet, a composé et réalisé la structure en fer forgé, les services techniques de la commune ont réalisé le reste.

Ce rond-point se situe dans les nouveaux quartiers de la ville à proximité immédiate des écoles, des lotissements, du nouveau stade et de l'IME et contribuera ainsi à faire la promotion du don de sang.



A la rencontre des Maires

Mercredi 22 avril prochain, François CALVET ira à la rencontre des maires d'Estoher, Espira de Conflent, Finestret, Joch, Rigarda , Rodes et St Michel de Llotes afin de recueillir leurs attentes. Dans le prolongement de ces visites, il sera ensuite présent à 18h30 à Illet sur Têt, salle Pons, afin de tenir une permanence en direction des habitants.

Jeudi 23 avril, ce seront les maires de Corbère, Corbère les Cabanes, Néfiach et St Féliu d'Amont qui rencontreront François CALVET.

Soutien aux entreprises du BTP

Dans le prolongement direct de la correspondance de Jean-Michel BUESA, Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics Languedoc-Roussillon, François CALVET a tenu à l'assurer de son soutien face au ralentissement de l'activité de ce secteur.

Aussi, il a souhaité l'informer qu'en sa qualité de Maire et de Vice-Président délégué à l'habitat de la communauté d'agglomération Perpignan-Méditerranée, l'occasion lui a été donnée d'intervenir dans la discussion budgétaire afin que puisse être accéléré l'ensemble des investissements en vue d'aider les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics à passer ce cap difficile.

Il a tenu à rappeler que plus de 100 millions d'euros ont ainsi été votés le 23 mars dernier lors de l'examen du budget de la communauté d'agglomération comprenant un emprunt de 35 millions d'euros.

Il est à noter que ce plan d'investissement est à la hauteur de celui du Conseil Général.

Par ailleurs, il a été reçu de la part des opérateurs HLM des demandes d'autorisation pour plus de 800 logements.
Dans le cadre de la loi SRU, 470 logements sociaux sont tenus d'être réalisés par an.

Afin de mobiliser ces crédits au mieux, il a été demandé un calendrier précis d'exécution pour chacun des programmes et seront autorisés en priorité ceux dont la réalisation pourra être concrétisée au plus vite.

S'agissant enfin de la RN 116, de gros travaux sont en cours.
D'autres travaux d'entretien vont être réalisés, notamment la réfection de l'enrobé entre Perpignan et le Soler pour plus de 1 million d'euros.
Ces travaux débuteront le 5 mai prochain et se termineront début juin.

Cité Judiciaire

Mardi 17 mars dernier, François CALVET s'est rendu au ministère de la justice en compagnie de Daniel MACH et de Jean-Paul ALDUY afin de faire le point sur la sur la restructuration du Palais de Justice de Perpignan.

Ils ont ainsi été reçus par le directeur de cabinet de Madame la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, en présence de Jean-Pierre DRENO, Procureur de la République, Dominique DECOMBLE, Président du Tribunal de Grande Instance, Madame TRONCHIN, 1ère Présidente de la Cour d'Appel mais également le Procureur Général de la Cour d'Appel de Montpellier.

Aussi, à ce jour, on sait avec certitude que le Palais de Justice ne pourra pas être agrandi sur place, pour des raisons de sécurité : en effet, il y a un parking sous la dalle Arago et reconstruire le Palais de Justice in situ pourrait être source de risques. S'étendre sur les bâtiments de la Poste serait également compliqué, aussi il a été argumenté pour la construction sur un des terrains de l'ancienne STEFF, à Saint-Assiscle. Il s'agira alors de réaliser une vraie cité judiciaire, regroupant les tribunaux d'instance, le tribunal de commerce et le tribunal des prud'hommes.

L'enveloppe de 30 millions d'euros promises par le ministère semblant juste au regard des 56 millions d'euros de dépense prévus, il a été demandé au Ministère des Finances la possibilité d'un partenariat public-privé.

Cette réunion a donc clôt le débat sur l'éventualité d'un tribunal en centre ville ou en périphérie : le Palais de Justice a besoin de s'agrandir et d'être rénové et pour les raisons de sécurité évoquées ci-dessus, seule la cité judiciaire à Saint-Assiscle répond à l'ensemble des critères.


 
Plus d'articles...