Actualités

Réaction de l'UMP suite aux incidents survenus lors de la manifestation du 10 janvier 2009

Samedi 10 janvier 2009 à Perpignan, une manifestation a eu lieu pour la paix à Gaza, à l'appel du collectif Mouvement pour la Paix 66, soutenu par les élus communistes. Des dérapages inadmissibles ont été constatés et ont entraîné une multitude de vitrines cassées et de dégâts matériels, des clients et commerçants terrorisés, parfois même directement menacés ou blessés.
On ne manifeste pas pour la paix en déclenchant des scènes de guerre !
Encore une fois, notre ville a été le témoin de scènes d'émeutes, perpétrées par une minorité connue et identifiée qui ne sait agir que par la violence et l'agression.
Il va impérativement falloir que chacun assume ses responsabilités, qu'il s'agisse des organisateurs internes de la manifestation ou des services d'ordre chargés de la protection des personnes et des biens.
Nous soutiendrons Monsieur le Préfet dans toutes ses initiatives visant à interdire la manifestation de samedi prochain. Il est indigne de faire subir aux commerçants du centre ville, en plaine période de soldes si primordiale pour eux, des revendications internationales. Il est inacceptable qu'une poignée de casseurs terrorisent nos concitoyens.
En France, un jour peut-être, le principe du casseur-payeur sera appliqué.
Au regard de ces événements, nous allons demander une entrevue avec le Ministre de l'Intérieur et Monsieur le Préfet pour que toute la lumière soit faite et que justice soit rendue.

Inauguration du PRCI de Perpignan

Le nouveau poste d'aiguillage à commandes informatisées (PRCI) de Perpignan a été inauguré le 28 novembre dernier en présence des représentants de l'Etat, les directeurs régionaux de RFF et de la SNCF et de François CALVET.
Il s'agit de l'installation d'équipements de haute technologie qui permettent aux agents SNCF de commander 390 itinéraires différents, de programmer et de suivre les circulations avec les meilleures garanties de sécurité et en améliorant les conditions d'information des voyageurs, et d'assurer une meilleure fluidité du trafic croissant que nous connaîtrons bientôt.
Le nouveau PRCI permet donc la commande d'un très grand nombre d'itinéraires différents, par l'intermédiaire de différents postes automatisés notamment de la gare de Perpignan jusqu'à la sortie vers Cerbère ainsi qu'une partie de la ligne vers Villefranche de Conflent.
Le coût global des installations terminales de Perpignan est de 200 millions d'euros financés à 100% par l'Etat et l'Europe. Les travaux de signalisation correspondent à un tiers de ce coût.





Peine aggravée pour Christian Bourquin dans l'affaire du chèque

La 5ème Chambre Correctionnelle de la Cour d'Appel d'Aix en Provence a confirmé la culpabilité de Monsieur Christian BOURQUIN.

Elle condamne Monsieur BOURQUIN à une peine de trois mois d'emprisonnement avec sursis et à une amende d'un montant de 5000 euros.

La cour confirme donc la peine d'emprisonnement avec sursis prononcée par les premiers juges mais aggrave la peine dans la mesure où une amende d'un montant de 5000 € est également prononcée, ce qui n'était pas le cas devant le Tribunal Correctionnel.

Sur le plan civil, la cour confirme la recevabilité de la constitution de partie civile et la condamnation de Monsieur BOURQUIN à régler à François CALVET la somme de 1 euro à titre de dommages et intérêts.

Par contre, la cour, sur le fondement de l'article 475-1 du Code de Procédure Pénale, condamne Monsieur BOURQUIN à  régler à François CALVET la somme de 1000 euros - qui seront intégralement reversés à l'UMP - alors que ce chef de demande avait été rejeté en première instance.

En résumé, les condamnations prononcées à l'encontre de Monsieur BOURQUIN sont aggravées par la Cour tant sur le plan pénal que sur le plan civil.

Travaux de restauration de la Cathédrale Saint-Jean

Le 18 décembre dernier, François CALVET, à l'invitation de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), s'est rendu à la Cathédrale Saint-Jean afin de faire le point sur l'avancement des travaux.

En présence de Monsieur JOURDAN, Conservateur Régional des Monuments Historiques, de Monsieur HUGUES, Conservateur du Patrimoine, de Monsieur DUBESSY, Ingénieur du Patrimoine, de Monsieur WEETS, architecte des Monuments Historiques et Maître d'oeuvre, de Monsieur BAYROU des Bâtiments de France mais également de Messieurs POISSON, AUSSEIL, ANTONIAZZI etc... une visite des plus passionnante a ainsi pu être réalisée.

En effet, à leurs côtés, François CALVET, a ainsi pu prendre connaissance du fabuleux travail accompli et restant à accomplir par l'ensemble de l'équipe de la DRAC mais également des compagnons.

Rappelons que ces travaux ont débuté en 1999. Entre 1999 et 2004, les chapelles latérales ont été restaurées. La seconde campagne, qui a démarré en 2007, concerne le choeur, les transepts, la croisée des transepts et ultérieurement la nef.

Ainsi, entre 1999 et 2008, 7,8 millions d'euros auront été engagés, la Cathédrale de Perpignan ayant fait l'objet d'un considérable effort de l'Etat puisque c'est l'une des cathédrales de France où il a été le plus investi en matière de chantiers intérieurs.

Une des actions majeures aura été la mise en sécurité de l'édifice, le réseau électrique étant totalement obsolète. Les lustres ont dont été nettoyés, mais l'éclairage de l'ensemble ne sera quant à lui installé qu'en fin de travaux.

Au chapitre de ce qui a été réalisé, cette visite a permis d'admirer longuement la chapelle de l'Immaculée Conception dont les travaux de restauration réalisés par Giorgio BEDANI, artiqan d'Ille sur Têt, ont fait l'admiration de tous.

La poursuite de cette visite s'est effectuée derrière l'écran de plastique séparant le choeur de la nef afin de découvrir les murs dont les décors, invisibles derrière une épaisse couvhe noire de crasse séculaire, apparaissent aujourd'hui dans toute la fraîcheur de décors peints du XIXe siècle.
Egalement en cours de nettoyage, le retable en albâtre du XVIIe siècle et qui comprenait à l'origine un registre sommital en bois qui fu enlevé mais, fort heureusement, dont la plus grande partie a été retrouvée, devrait quant à lui s'achever en février 2009.

Parmi les travaux qui auront lieu en 2009, on ne peut oublier le campanile du XVIIIe siècle. En effet, l'ossature métallique sera entièrement revue, ainsi que l'étanchéité de la terrasse et les maçonneries en partie haute. La grosse cloche et le grand cadran des heures seront remis en place.

A noter également que la chapelle du Dévôt-Christ sera restaurée en vue de l'installation sécurisée du Christ qui lui donne son nom.

Enfin, la question de la sécurité de la Cathédrale a ét abordée après l'énorme vol d'objets d'art commis en septembre 2007. Robert JOURDAN a expliqué qu'il ne saurait y avoir de sécurité de l'édifice "sans une présence humaine formée".

Les modalités de la sécurité des lieux devraient faire l'objet de réunions courant 2009 entre la DRAC et les principaux intéressés.















Stèle en mémoire du centre de rétention administratif de Rivesaltes

Dernièrement, François CALVET avait souhaité communiquer concernant l'inauguration par la CIMADE d'une stèle en mémoire du centre de rétention administratif de Rivesaltes, au camp Joffre, sur des terrains propriétés du Conseil Général.
Aussi, suite à sa réactivité, Brice HORTEFEUX, Ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité Nationale et du Développement solidaire, a tenu au travers d'une correspondance à le féliciter d'avoir communiqué sur ce sujet afin de dénoncer une opération qui ne renonce à aucun amalgame.