Actualités

Développement des territoires ruraux

J’ai le plaisir de vous communiquer, en cliquant sur le lien ci-dessous, le document « Développement des territoires ruraux » qui présente les propositions du groupe de travail « Ruralité » auquel j’ai eu le plaisir de participer.

Comme vous le savez, le Sénat, chambre des territoires s’il en est, s’attache régulièrement à faire entendre la France périphérique, celles des Français éloignés des métropoles, « la France d’à côté » comme aime à la définir Gérard Larcher. Mais jusque-là, il n’y avait pas de groupe proposant une vision transversale de la ruralité.

Mouvement des gilets jaunes, sentiment d’abandon des élus et des habitants des petites communes… Autant de maux auxquels a souhaité s’atteler le nouveau « groupe ruralité » mis en place au Sénat, et qui a eu pour but la mise en place d’un groupe de propositions mais aussi une cellule de veille pour toutes les réformes concernant la ruralité.

Car pour aider le monde rural, il faut d’abord changer les esprits : oui le monde rural peut s’insérer dans la mondialisation, oui le monde rural peut accueillir des activités économiques productives, et pas seulement résidentielles, et oui le monde rural peut accueillir des activités tertiaires à forte valeur ajoutée.

Concrètement, il faudra relever deux défis : l’un économique et l’autre, démographique. Aujourd’hui encore, les jeunes délaissent le monde rural par manque de débouchés et les entreprises par manque de main-d’oeuvre. Aucun de ces défis ne peut être résolu indépendamment de l’autre.

Le monde rural doit donc cesser d’être considéré comme un problème à résoudre mais plutôt comme une opportunité car il y a convergence d’intérêts. Les aspirations des Français à vivre à la campagne, la nécessaire protection de l’environnement, le développement d’une économie non délocalisable, tous ces enjeux ont la même réponse : la ruralité !

/images/stories/fic/ruralite%20pdf.pdf

Réunion du Comité opérationnel et partenarial suite à la fermeture de la RN 116

Jeudi 13 février dernier, sous la houlette de Monsieur Dominique FOSSAT, Sous-Préfet de Prades, a eu lieu une réunion de travail, à la mairie de Saillagouse, à laquelle j’ai participé, en présence des parlementaires, de l’AMF66, des maires des Communautés de Communes Pyrénées Catalanes et Pyrénées Cerdagne, des 3 chambres consulaires, de la sécurité civile, de la région, du département, de la gendarmerie, de la DIRSO, de la DDFIP, de la direcct et de l’Urssaf.

Cette première séance du comité opérationnel et partenarial sur les conséquences de la fermeture de la RN 116 était à l’initiative conjointe du Préfet et de l’association des maires.

Elle avait pour objet de coordonner l’ensemble des services en s’organisant au mieux pour que notre territoire résiste à l’impact économique lié à cette fermeture.

Nous étions donc tous réunis pour proposer et envisager des solutions, pour traiter les dossiers au cas par cas, faire le maximum pour la sauvegarde des entreprises, des structures agricoles…

Ainsi, Monsieur le Sous-Préfet a prévu, au minimum, de faire un point hebdomadaire pour suivre l’avancement des travaux et faire le bilan de ce comité de travail, car rappelons-le, nul ne connaît l’échéance à laquelle la RN 116 pourra être ouverte de nouveau.

Il est donc nécessaire et impérieux d’accompagner tout ceux qui se trouvent en difficulté eu égard à cet évènement d’ampleur.

Assises des Transports organisées par l'UMIH66

Jeudi 6 février dernier, à l’invitation de l’UMIH66, j’ai participé aux assises des transports organisées à Canet en Roussillon.

Cette rencontre, en présence de nombreux élus, acteurs économiques et responsables des transports de notre département, avait pour but d’évoquer les problématiques liées aux mobilités sur le territoire catalan.

Ainsi, nous avons pu nous entretenir de la LGV, des tarifs et liaisons aériennes depuis Perpignan mais également de l’exploitation de la ligne du train jaune…

L’occasion a été ainsi donnée aux professionnels du Tourisme de ce département de faire connaître leurs attentes et par là-même d’initier des initiatives permettant à notre territoire d’être accessible pour un développement économique performant et ambitieux.

Le Président de la Generalitat de Catalunya en soutien à la RN 116

Vendredi 7 février, j’ai accompagné une délégation des Maires des Pyrénées-Orientales et du Conseil Départemental à Barcelone pour une rencontre avec le Président de la Generalitat de Catalunya, Quim Torra. Cette entrevue nous a permis de faire le point sur les dossiers transfrontaliers, sur la situation en Catalogne et bien sûr des prisonniers politiques.

Quim Torra venait d’ailleurs de recevoir le Premier Ministre Espagnol Pedro Sanchez  dans le cadre du dialogue ouvert entre le Gouvernement de Madrid et le Gouvernement de Catalogne.

Il a profité de cette rencontre pour nous faire visiter le Palau de la Generalitat.

Je lui ai donc fait part de la situation très difficile de notre Route Nationale 116 qui relie Perpignan à la Cerdagne et je lui ai demandé d’intervenir, dans le cadre des relations internationales, auprès de notre Secrétaire d’Etat aux Transports, Jean Baptiste Djebarri.

Il vient de m’adresser la copie de sa correspondance où il rappelle toute l’importance de cet axe transfrontalier emprunté également par les Catalans et qui relie la France et l’Espagne que je joins au présent communiqué.

Je vais me rapprocher du Gouvernement d’Andorre via le Groupe d’Amitié France-Andorre au Sénat pour faire la même démarche de soutien à cet axe vital.

/images/stories/fic/20200214_Mn__Jean_Baptiste%20Djebarri-catala.pdf

/images/stories/fic/20200214_Mn__Jean_Baptiste%20Djebarri-fran%20(1).pdf

Réponse apportée à Madame Gayte suite à son droit de réponse paru dans le journal L'Agri concernant la RN 116

A L’ATTENTION DE MADAME LAURENCE GAYTE,
DEPUTEE DE LA 3ème CIRCONSCRIPTION

Madame, descendez de votre parachute ! Votre élection est un parachutage !
15 jours avant votre élection, nous ne connaissiez aucun dossier de la 116 et, depuis, on ne peut pas dire que vous avez progressé.
Nous vous attendions en soutien de la mobilisation vendredi 7 février à Mont Louis ou à Villefranche de Conflent.

Votre droit de réponse à l’Agri est un tissu d’erreurs et de méconnaissance de la situation, ce qui, malheureusement, laisse peu d’espoir pour qu’une vraie solution soit trouvée à la modernisation de cet axe vital.

Durant mes mandats parlementaires, j’ai fait partie de la majorité jusqu’en 2012, ce qui m’a permis d’obtenir du Gouvernement de l’époque des crédits importants.

En 2007, Monsieur Dominique BUSSEREAU, Ministre des Transports de l’époque, est venu sur le champ constater les éboulements qui avaient conduit également à l’époque la fermeture de la RN 116.

Nous avons ainsi pu mettre un plan de sécurisation de 90 millions d’euros. (Je tiens bien sûr à votre disposition tous les documents émanant de l’Etat).
Aussi, grâce aux travaux réalisés, la 116 n’a pas connu de coupure jusqu’à ce dernier événement.

Il ne vous aura pas échappé qu’en 2012, je n’étais plus dans la majorité et que le dernier chantier initié par la précédente majorité a été la déviation de Joncet pour 20 millions d’euros.

Depuis 2012, il n’y a plus eu aucune programmation de chantier lié à la sécurisation de la route.

Depuis 2017, c’est de pire en pire, puisque Madame Elisabeth Borne est venue en novembre 2017 nous signifier en moins d’une heure l’annulation de la DUP alors que nous avions mis 8 années à la mettre en œuvre en relation avec Paul Blanc et Jean Castex.

Contrairement à ce que vous dites, cette DUP n’était pas au point mort, mais des crédits  avaient été engagés et plus de 5,5 millions d’euros ont été dépensés pour réaliser les études géologiques ou hydrologiques,  enquête sur l’eau, inventaire de la faune et de la flore…, préparer les marchés et commencer les acquisitions foncières.

Nous n’avons eu aucune explication de la part de votre Gouvernement sur le prétexte du coût excessif de ces travaux, qui n’avaient pourtant fait l’objet d’aucune remarque de la Direction des Routes à Paris.

Les propositions qui sont faites aujourd’hui mécontentent une grande majorité des habitants, aucun crédit n’est inscrit. Plus inquiétant encore, les crédits routiers ont disparu du nouveau Contrat de Plan Etat Région 2021-2027 et nous ne voyons rien d’opérationnel, surtout dans sa partie montagneuse, Prades Andorre, comme indiqué dans le dernier comité de suivi de  mars 2019.

Ce qui compte, Madame, c’est au-delà de la rustine qui devra permettre de rétablir la circulation le plus rapidement possible pour ne pas couler l’économie de nos hauts plateaux, c’est le programme de travaux sur l’ensemble de ce réseau routier de Perpignan à Bourg Madame, que vous pourrez obtenir de Paris et vous savez que vous pouvez compter sur moi pour vous accompagner dans ces démarches.

Plus d'articles...