Actualités

Proposition de loi relative à la protection patrimoniale et promotion des langues régionales

Jeudi 10 décembre 2020, le Sénat a examiné en séance publique une proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale en première lecture, relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion.

Largement remanié par l’Assemblée nationale, le texte transmis au Sénat :
- précise que l’État et les collectivités territoriales concourent à l’enseignement, à la diffusion et à la promotion de la langue française et des langues régionales ;
- indique de manière explicite que les dispositions de la loi dite « Toubon » relative à l’emploi du français ne font pas obstacle à l’usage des langues régionales et aux actions publiques et privées menées en leur faveur ;
-  explicite la possibilité de recourir aux langues régionales sur la signalétique et les supports de communication institutionnelle, à partir du moment où une version française existe ;
- prévoit que l’ensemble des signes diacritiques des langues régionales sont autorisés dans les actes d’état civil.

Dans ce cadre, nous avons souhaité, avec mon collègue Jean SOL, déposer un amendement afin de rendre obligatoire la participation financière des communes à la scolarisation des enfants dans les établissements privés du premier degré sous contrat d'association dispensant un enseignement de langue régionale.

Notre amendement étant semblable à celui du vice-président de la commission des affaires culturelles, mon collègue basque, Monsieur Max BRISSON, nous nous sommes donc, bien volontiers, rangé sous sa bannière.

Certains que l'amendement ferait l'objet d'une forte opposition de la part du gouvernement, nous avons demandé qu'il fasse l'objet d'un scrutin public, ceci afin de bien marquer notre volonté face au gouvernement.

C'est ainsi que l'amendement a été adopté avec le résultat suivant : 253 voix pour, 59 voix contre. Il est devenu l'article 2 quinquiès nouveau.

Le Sénat a ensuite adopté, en première lecture, la proposition de loi ainsi modifiée.

Les sénateurs, de quelque parti qu'ils soient, ont fait preuve d'une belle unité en faveur des langues régionales !

Maintenant, la suite du parcours législatif de la proposition de loi dépend du gouvernement.

En effet, c'est de lui que dépend son inscription à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale pour une 2ème lecture.

Nous verrons alors si les députés sont capables d'imposer leurs vues, comme les sénateurs ont su le faire !

Unis pour défendre la Montagne ! 58 sénateurs de tous bords politiques demandent une audience auprès du Président de la République

Un collectif de cinquante-huit sénateurs, dont je fais partie, s’est constitué vendredi 4 décembre pour demander une audience au Président de la République afin d’échanger sur leurs craintes de stigmatisation des stations de montagne.

Les annonces du gouvernement concernant la fermeture des remontées mécaniques dans les communes de station, les risques qui pèsent sur la sécurisation des domaines skiables, ou les mesures restrictives aux frontières concernant nos concitoyens qui souhaiteraient se rendre dans un autre massif européen ont suscité beaucoup d’émotion.

C’est une démarche collective, transpartisane et inédite qui démontre que lorsque l’essentiel est en jeu, les montagnards s’expriment d’une seule voix !
Nous sommes tous très préoccupés par la situation de nos territoires de montagne. Toutes les mesures annoncées par le Gouvernement ces dernières semaines provoquent chez les acteurs professionnels, les élus locaux et la population un sentiment de stigmatisation de la Montagne. 

Nous espérons obtenir un rendez-vous dans les délais les plus brefs, «Nous souhaitons pouvoir échanger de manière constructive avec le Président sur cette situation source de beaucoup d’incompréhension et dont les conséquences n’ont visiblement pas toutes été appréhendées ».

Alors qu’une mobilisation importante s’organise dans la plupart des stations, nous estimons que « la diversité des situations doit être prise en compte et que les décisions doivent s’appuyer sur des éléments factuels pour être comprises. Et nous n’en sommes pas encore arrivés là ! ».

Journée d'hommage aux morts pour la France pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie

Samedi 5 décembre 2020, j'ai participé à la cérémonie organisée à Perpignan à l'occasion de la journée d'hommage aux Morts pour la France pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

A cette occasion, avec mon collègue sénateur Jean SOL, une gerbe a été déposée au Monument aux Morts départemental.

Inauguration du marché de plein vent à Pia

Vendredi 4 décembre dernier, à l’invitation de Jérôme PALMADE, maire de Pia, et de son adjoint délégué au marché et à la sécurité, Ludovic BONILLO, j’ai eu le plaisir d’assister à l’inauguration du marché de plein vent.

De nombreux élus étaient présents pour apprécier le renouveau du marché avec un nouvel emplacement et une nouvelle dynamique.

Ma réaction au décès de Valéry GISCARD D’ESTAING

Si je n’ai pas connu Valéry GISCARD D’ESTAING, dans ses fonctions de Président, même si Michel EY, ancien Maire de St Estève à l’époque profondément giscardien, m’en parlait beaucoup avec passion, c’est lui et Jacques BLANC qui m’ont donné l’amour de l’Europe.

J’avais d’ailleurs milité à ses côtés en qualité de membre de la délégation européenne à l’Assemblée Nationale dans le cadre du projet de constitution européenne qui m’avait amené à visiter les capitales européennes.

Malheureusement, cette constitution européenne, refusée par notre pays, au motif, entre autres, que dans le préambule de cette constitution, il était mis en avant les racines chrétiennes de l’Europe, a marqué un coup d’arrêt de la construction européenne, coup d’arrêt que nous payons encore aujourd’hui.

Enfin, en 1993, c’est lui qui m’avait donné l’investiture de l’UDF pour l’élection législative que j’avais remportée dans la Vallée de la Têt avec le soutien de Danièle PAGES et de Paul BLANC au titre du RPR. J’avais alors 39 ans.

Plus d'articles...