Actualités

Voeux au Soler - Vedredi 31 janvier 2020

Comme chaque année, la commune du Soler organise la cérémonie des vœux à la population.

Pour moi, cette cérémonie a revêtu un caractère particulier puisqu’il s’agit de mon dernier discours aux Solériens, en qualité de Maire pendant 22 ans et membre du Conseil Municipal depuis 2 ans.

En effet, c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai fait part de cette décision qui certes est douloureuse, mais responsable.

J’ai été très ému lorsqu’à la fin de mon discours, Armelle Revel Fourcade m’a remis l’écharpe de Maire Honoraire, distinction décernée aux élus qui ont occupé ce poste pendant au moins 18 ans. C’est le Préfet qui prend un arrêté en ce sens.

Ce nouveau titre me touche beaucoup car si je pars du Soler avec le sentiment profond d’avoir accompli sincèrement, avec conviction et engagement, mon devoir d’élu local, il n’en reste pas moins que cette décision est douloureuse.

 

Plateforme transfrontalière entre la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole et Gérone

Vendredi, j’ai participé à la présentation de la démarche de la mise en place d’une plateforme de rénovation énergétique transfrontalière dans le cadre d’un dossier Européen au titre de POCTEFAT.

Ce projet est piloté par la ville de Gérone en tant que chef de file, en association avec PMM et 2 clusters (Pôle Derbi et le Cluster de l’Energia Eficient de Catalunya).

Le projet EDIFICAT prévoit une durée de réalisation de 27 mois, à compter de la date fixée par le programme soit le 1er mars 2020. La date prévisionnelle d’achèvement du projet est fixée au 31 mai 2022. Le plan de financement plan du financement du projet EDIFICAT prévoit un montant global de 865 714 € qui est réparti entre les quatre partenaires. Cela représente pour Perpignan Méditerranée Métropole une dépense prévisionnelle de 297 950 €, financée à hauteur de 65% par le FEDER.

Ce projet s’inscrit dans une démarche plus large, celle de mettre les habitants du territoire communautaire au cœur de sa politique de l’habitat et de développement durable.
Elle vise à leur redonner du pouvoir d’achat grâce à la mise en œuvre d’un salaire urbain, c’est-à-dire faire baisser les charges des ménages (notamment les charges de chauffage, électricité…).

Le projet EDIFICAT prévoit une durée de réalisation de 27 mois, à compter de la date fixée par le programme soit le 1er mars 2020. La date prévisionnelle d’achèvement du projet est fixée au 31 mai 2022. Le plan de financement plan du financement du projet EDIFICAT prévoit un montant global de 865 714 € qui est réparti entre les quatre partenaires. Cela représente pour Perpignan Méditerranée Métropole une dépense prévisionnelle de 297 950 €, financée à hauteur de 65% par le FEDER.

J’ai bien souligné dans mon propos que je me félicitais de ce partenariat qui sera profitable aux habitants des territoires de Gerone et de Perpignan Méditerranée Métropole.

La saison des voeux touche à sa fin

Comme chaque année, les voeux dans les communes sont des manifestations prisées par les habitants qui viennent nombreux écouter leurs élus, le bilan et le programme.

Mais, nous sommes en période électorale et les maires lorsqu’ils se représentent sont tenus de respecter les règles et de ne pas faire état des réalisations ou des projets dans leur commune.

Cette année encore, je me suis rendu avec un grand plaisir, à l’invitation des maires, dans de nombreuses cérémonies de voeux.

À Canet en Roussillon, pour Bernard Dupont, à Pollestres pour Daniel Mach ou à Tautavel pour Guy Ilary, par exemple, l’émotion était au rendez-vous car les maires ne se réprésentent pas et leurs voeux sonnaient comme une forme d’adieu.

Après ces moments de convivialité, place maintenant à la campagne électorale....

Retour sur la tempête Gloria les 21, 22 et 23 janvier 2020

L’équivalent de trois à cinq mois de pluie se sont abattues en trois jours sur notre département.

La tempête Gloria n’a pas fait de victime dans les Pyrénées-Orientales mais a provoqué de gros dégâts.

Je souhaite remercier Monsieur le Préfet et ses services pour la gestion rigoureuse de cet évènement climatique.

La Cerdagne et le Capcir se sont vus isolés en raison de la coupure de la RN 116 suite à des éboulements et des glissements de terrain, de nombreuses routes ont subi des dommages importants et l’eau a abîmé bon nombre de terrains.

Avec mon collègue Jean SOL, nous avons accompagné, vendredi 24 janvier 2020, Monsieur Philippe CHOPIN, Préfet, dans son déplacement à Villelongue de la Salanque.

En revanche, j’ai refusé de me rendre auprès de Madame Brune POIRSON, Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, samedi 25 janvier 2020, en visite durant deux heures dans notre département.

En effet, comme évoqué lors de ma question posée dans l’hémicycle, au secrétaire d’Etat aux Transports, Monsieur DJEBARRI, concernant l’état des routes, nous étions 1er mondial en 2012, nous sommes aujourd’hui à la 18ème place.

Pour la seconde fois en un trimestre, j’ai interpellé le Gouvernement sur la situation de nos routes et particulièrement la RN 116 sans avoir obtenu de réponse.

Je tiens à rappeler que Madame BORNE, dès sa prise de fonction en 2017, était venue 2 heures également à Prades pour nous annoncer l’abandon de la Déclaration d’Utilité Publique sur le tronçon Bouleternère Prades, après 8 années d’efforts pour son obtention et 5,5 millions d’euros dépensés !

Pour notre département, tout est toujours trop cher !

Pour toutes ces raisons, je considère que notre département est totalement méprisé.

Faire un aller-retour Paris-Perpignan pour faire le constat que nous avions déjà et n’y donner aucune suite, ne servait strictement à rien !

Car il s’avère aujourd’hui, encore une fois, que bon nombre de communes se trouvent isolées et que l’économie par la même occasion est en danger.

Bon nombre d’exploitations agricoles ont également été particulièrement affectées. De nombreux dégâts sont observés sur les vignes, sur l’arboriculture, sur le maraichage, ou bien encore sur l’élevage.


 

Mon intervention sur les infrastructures routières lors de la séance des Questions au Gouvernement au Sénat - Mercredi 22 janvier 2020

François Calvet . - Avec Jean Sol, nous avons une pensée pour les habitants et les services de secours de notre département des Pyrénées-Orientales, frappé par la tempête Gloria.
Je m'inquiète du retard qualitatif et quantitatif de nos infrastructures de transports, notamment le réseau routier national. Le 15 mai dernier, monsieur le ministre des transports, vous affirmiez que 50 % des chaussées étaient à renouveler et qu'un pont sur dix était en mauvais état. Les investissements supplémentaires nécessaires s'élèvent à 1 milliard d'euros par an. Dans les deux derniers budgets de l'État, le compte n'y est pas.
Plus inquiétant, les crédits routiers ne figurent pas dans les objectifs du nouveau contrat de plan 2021-2027. Est-ce réellement le cas ? Le transfert des routes nationales vers les collectivités territoriales figurera-t-il dans le projet de loi de décentralisation, différenciation et déconcentration, dit 3D, et quels crédits y seront affectés ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports . - Le Gouvernement est pleinement conscient des retards accumulés dans la régénération du réseau national du fait de sous-investissements chroniques. C'est pour cela qu'il a lancé un audit externe en 2017 et inscrit 850 millions d'euros de crédits pour 2020 avec un objectif de 1 milliard d'euros pour 2023. La loi d'orientation des mobilités (LOM) prévoit également un plan de désenclavement des territoires ruraux doté de 100 millions d'euros par an.
Il n'y a pas de projet systématique de décentralisation des routes, même si certaines collectivités territoriales en ont fait la demande. Le Gouvernement entend aussi agir préventivement sur les ouvrages d'art.

François Calvet. - En 2012, la France était le premier pays mondial pour la qualité de ses infrastructures routières. Elle est aujourd'hui dix-huitième. L'abandon de la déclaration d'utilité publique sur la RN 116 Perpignan-Espagne-Andorre et l'inaction sur la LGV Perpignan-Montpellier sonnent le glas du milieu rural. On est bien loin des promesses du Président de la République pendant le grand débat !

Plus d'articles...