Actualités

Visite de l'Hôpital de Cerdagne par Laurent Wauquiez

J’avais à cœur depuis plusieurs années de faire venir une personnalité visiter les installations du premier hôpital transfrontalier de l’Europe.

Je me réjouis qu’en ces temps de campagne européenne, Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne Rhone Alpes, Président des Républicains, et ancien ministre des Affaires Européennes ait accepté mon invitation.

Je me suis permis dans un premier de lui faire un petit historique. Il s’agissait à l’époque (ily a maintenant plus de 20 ans) d’améliorer l’accessibilité aux services de soins sur un territoire enclavé (permanence des services, garantie de qualité et de sécurité) mais également de jouer le rôle de laboratoire pour des coopérations transfrontalières sur toute l’Europe.

Avec une capacité de 64 lits et une dotation globale annuelle de financement de 20 millions d’euros (60% pour la Catalogne, 40% pour la France), l’hôpital de Cerdagne prend en charge les patients français et espagnols ce qui représente une population de 33 000 habitants (multipliée par quatre lors des saisons touristiques) sur l’ensemble du territoire transfrontalier : Haute Cerdagne et Capcir pour la France ; Basse Cerdagne pour la Catalogne. Il propose une offre de soins de proximité avec des prestations de service de prise en charge hospitalière (médecine, chirurgie obstétrique), et de prise en charge ambulatoire.

Doté d’un service de radiologie de qualité, équipé d’une imagerie par résonance magnétique et d’un scanner, il assure la totalité des urgences du territoire transfrontalier avec la coordination des deux services mobiles d'urgence et de réanimation, français et catalans, installés en son sein.

La première étape décisive est la signature le 17 octobre 2005 d’une première déclaration conjointe d’intention sur « la coopération dans le domaine de l’accès aux soins de proximité pour les patients de Cerdagne et de Capcir » par le ministre de la santé français Xavier Bertrand et le ministre de la santé de la Généralitat de Catalogne. Cette déclaration s’appuyait sur le traité de Bayonne du 10 mars 1995 qui avait posé les bases d’une coopération transfrontalière entre des collectivités territoriales françaises et espagnoles, initiée et validée dans le sommet Franco-Espagnol à Barcelone.

D’autres déclarations et signatures de convention se sont succédé pour aboutir à son ouverture en 2014.

J’assume avec fierté la présidence du Conseil Consultatif créé pour en assurer la gouvernance. Mais j’ai  expliqué à Laurent Wauquiez les difficultés que nous avions rencontrées au regard des  législations différentes entre nos deux pays.

Mais, le bilan de cette expérimentation du premier hôpital transfrontalier européen, au bout de 5 ans de fonctionnement, démontre des avancées exceptionnelles réalisées sous l’égide de l’Europe pour mener une politique de santé sur les territoires transfrontaliers, permettant un accès aux soins, aux populations de ces territoires isolés des grands centres urbains de chaque côté de la frontière.

J’espère que cette structure unique en Europe, pourra enfin être inaugurée et démontrer ainsi que l’Europe est en capacité de réaliser de belles choses.

 

Réunion publique à Pollestres sur le handicap à l'école

Lundi 8 avril 2019, j'ai eu le plaisir d'assister à Pollestres, aux côtés de Daniel MACH, Maire de Pollestres, Jean SOL, Sénateur,  à la réunion publique sur le handicap à l'école en présence, dans le cadre de son Tour de France du Handicap, d'Aurélien PRADIE, Député LR du Lot. 

Conférence sur la Fraternité à la Cathédrale de Perpignan

Dimanche 7 avril 2019, en fin d’après-midi, j’ai eu le plaisir d’animer, à la Cathédrale de Perpignan, à l’invitation de Jean-Paul SOULET, Vicaire Général, une conférence sur la Fraternité intitulée « Entre valeurs républicaines et valeurs spirituelles », dans le cadre des Conférences de Carême.

Vous trouverez, en cliquant sur le lien suivant, l’intégralité de mon intervention :

/images/stories/fic/Fraternite%207%20avril%202019%20_%20(1).docx

 

Présence de Laurent Wauquiez dans les Pyrénées-Orientales

Mercredi 3 avril 2019, Laurent WAUQUIEZ, ancien ministre des Affaires Européennes, Président du Conseil Régional d’Auvergne Rhône-Alpes et président du parti Les Républicains, s’est rendu dans notre département à l’invitation des sénateurs François CALVET et Jean SOL et des Républicains 66.

A cette occasion, il a, dans un premier temps, rencontré une vingtaine de maires ruraux aux Angles avant de se diriger vers l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne pour une visite de cette structure unique en Europe.

François CALVET a ainsi pu faire connaître le parcours de cet hôpital, les enjeux, notamment au niveau européen et le travail restant à effectuer en présence de nombreux invités.

Laurent WAUQUIEZ s’est ensuite rendu à Canet-en-Roussillon pour une réunion publique où pas moins de 800 personnes et de nombreuses personnalités politique locales étaient venus entendre son discours.

A cet effet, François CALVET a pris la parole en ces termes :

« Monsieur le Président, ancien Ministre,
Monsieur le Sénateur,
Monsieur le Maire de Perpignan, Président de la Communauté Urbaine,
Monsieur le Conseiller Régional, Maire de Canet en Roussillon
Mesdames, Messieurs les Conseillers Départementaux
Mesdames, Messieurs les Elus,
Chers amis militants,

C’est avec beaucoup de plaisir que nous t’accueillons ici, cher Laurent, dans notre Département des Pyrénées Orientales que tu connais bien pour y être venu plusieurs fois. Merci à notre ami Bernard Dupont d’avoir mis à disposition cette belle salle des Voiles Rouges.
Merci à tous nos militants d’être présents ici ce soir.
Tu as eu une journée marathon aujourd’hui, notamment dans les Hauts Cantons et je sais que les élus que tu as rencontrés ont pu te faire état des difficultés qu’ils rencontrent, difficultés que tu connais bien, en ta qualité de Président de la Région Auvergne Rhône Alpes.
Mais je suis particulièrement heureux, en ces temps européens, et en ta qualité d’ancien Ministre des Affaires Européennes, d’avoir pu te présenter l’hôpital transfrontalier de Cerdagne, situé à Puigcerda.
Je suis sûr que ton prédécesseur Jacques Barrot qui nous a beaucoup marqué à l’Assemblée Nationale aurait été très heureux de faire la visite avec nous et je reconnais en toi ses qualités de fraternité qui le caractérisaient.
Tu as pu mesurer la qualité des équipements, des personnels. Nous partageons tous ici la fierté d’avoir accompagné ce projet européen, en soulignant qu’il s’agit d’une première en Europe l’Europe que nous aimons, celle qui soigne les gens.

Alors, certes il a fallu de la patience, des convictions et de la détermination, pour y arriver. Cette réalisation aura nécessité plus de 20 années de démarche, car accorder les législations entre deux pays et avec la particularité de la Catalogne, ce n’a pas été facile.
Ce sujet européen m’amène Laurent à te dire que tu as fait le bon choix en désignant le trio de tête qui va conduire notre liste des élections européennes. François Xavier Bellamy, Agnès Evren, et Arnaud Denjean.
Je ne te cache pas que lors de la Commission Nationale d’investiture, nous étions quelques-uns à nous interroger sur François Xavier Bellamy, peut-être un peu trop jeune, peut-être un peu trop inexpérimenté en politique et peut-être un peu trop philosophe, mais nous t’avons suivi dans ce choix.
Et personne ne le regrette, bien au contraire. C’est un enchantement de l’écouter, celui que l’on appelle maintenant la nouvelle star de la droite ! Il était dimanche soir chez Thierry Ardisson et, dans un environnement médiatique qui aurait pu être hostile, il a conquis tous les chroniqueurs, les spectateurs.  Sans aucune agressivité, il a expliqué au Député LA REM présent qu’il ne s’agissait pas de savoir si nous étions pour ou contre l’Europe, mais de savoir quelle Europe nous voulions.
Je suis très heureux que François Xavier Bellamy mette en avant nos racines judéochrétiennes que j’avais d’ailleurs à l’époque défendues pour qu’elles figurent dans le préambule de la Constitution Européenne.
Nous sommes donc confiants et nos candidats déjoueront tous les pronostics. Nous ferons campagne avec conviction et détermination.
Cette actualité européenne ne nous fait pas oublier l’actualité de notre pays et nous ne comprenons pas comment Emmanuel Macron et son Gouvernement n’arrivent pas à régler le problème des Gilets Jaunes. Ou plutôt nous le comprenons car le mépris qu’il a affiché depuis le début de son mandat, pour les élus nationaux, locaux et tous les corps intermédiaires n’est surement pas étranger à cette situation.
Je sais que tu n’as pas cessé d’alerter le Gouvernement sur le niveau d’exaspération et d’inquiétude de nos concitoyens.
Ils sont décidément sourds à la situation de nos classes moyennes, celles comme tu le dis, Laurent, qui souffrent car ce sont des Français qui travaillent, n’arrivent pas à s’en sortir et n’ont droit à rien.
Mais nous sommes responsables et voulons que notre pays s’en sorte. Aussi, beaucoup de nos militants ont participé au Grand Débat en apportant leur contribution.
Quant à moi, j’ai eu la chance d’être choisi par notre Parti pour participer, en qualité de Sénateur, à un groupe de travail présidé par notre collègue Annie Genevard.
Nous avons réfléchi sur 3 grands enjeux le premier est celui du pouvoir d’achat des Français, le deuxième celui des fractures territoriales et le troisième sur celui du réarmement régalien.
En relisant les cahiers de doléances et en discutant avec les 36 maires de la communauté urbaine, j’ai choisi de produire une note sur le pouvoir d’achat qui cristallise la colère de nos concitoyens envers les élus et du coup nous sommes montrés du doigt tant dans nos attitudes, que sur notre statut (privilèges et finances), ainsi qu’une note sur les Institutions.
Nous avons donc essayé de répondre à la question : quelle contribution peut apporter notre collectivité pour que le citoyen ait le sentiment qu’à travers l’exercice de nos compétences, on lui rend du pouvoir d’achat en diminuant ses dépenses obligatoires, notamment à partir du triptyque : habitat, économie, mobilité.
Par exemple, grâce à la mise en place d’une étude thermographique réalisée sur l’ensemble des bâtiments publics et privés des 36 communes de notre Communauté Urbaine, nous pouvons aider les ménages à baisser leur facture énergétique d’environ 520 € par an.
Nous développons aussi des stratégies dans le même but au niveau de l’eau, de l’assainissement et des transports et d’autres propositions en matière d’augmentation du pouvoir d’achat.
Au niveau de  nos institutions, nous devons décentraliser toutes les compétences qui ne sont pas considérées comme régaliennes aux Régions, EPCI ou communes.
Les directives européennes doivent être transposées sans qu’elles fassent l’objet de modification, pour ne pas créer de distorsion de concurrence avec les autres pays européens.
Voilà donc quelle a été ma contribution au Grand Débat.
Nous attendons maintenant les mesures issues de ce grand débat qui, espérons-le, apaiseront la colère de nos concitoyens.
Je vous remercie et je laisse la parole à notre Président Laurent Wauquiez. »

Office Public de la Langue Catalane

Tout récemment, l’Etat a donné son feu vert et 100 000 euros à la création de l’Office public de la langue catalane.

J’ai moi-même tenu à relayer, en date du 19 mars dernier, au travers d’une lettre de relance auprès de Monsieur le Préfet de la Région Occitanie, les attentes concernant la création de cet office, outil indispensable pour la promotion de notre langue régionale.

Après une longue attente, je me réjouis donc de cette décision et ainsi de la reconnaissance de l’Etat de la culture catalane.

Plus d'articles...